FANDOM


Argent

Description PhysiqueModifier

Marguerite Ferland (née Cavalli) était une femme moderne même si son visage avait un air ancien, un visage qui aurait pu trouver sa place dans un tableau célèbre des siècles passés. Son expression était douce et ses yeux marron, remplis de souvenirs lointains comme si elle avait déjà vécu très longtemps. Elle avait les traits de sa mère, une bouche qui faisait facilement la moue et des sourcils bien dessinés; des cheveux ébènes légèrement bouclés encadraient son visage. Marguerite aimait porter des robes foncées et bien taillés, coupées sous le genou. Elle ne sortait jamais sans un petit chapeau cloche, qui lui serait légèrement la tête; elle aimait être à la dernière mode. Elle n'était pas très grande et portait toujours des chaussures en cuir à petits talons.

Description PsychologiqueModifier

Marguerite avait une personnalité très forte comme son père. Elle disait exactement ce qu'elle pensait sans trop considérer la conséquence de ses mots. Elle était de nature joviale, souriante et toujours prête à aider les gens, c'était une femme charitable et toujours de bonne humeur. Comme ses parents, Marguerite travaillait fort. Depuis la mort de son père, faisait tous les travaux nécessaires pour le bon fonctionnement du restaurant familial, « Le restaurant Cavalli ». Autres que les travaux du restaurant, Marguerite s'intéressait à la littérature française et avait appris d'elle-même l'écriture et les chiffres et pouvait parler de sujets inconnus par la plupart des femmes de cette époque.

Description SocialeModifier

Marguerite Ferland est née au début du vingtième siècle, plus précisément, le 2 juin 1905 dans un petit village près de la ville de Québec. Ses parents, Luigi et Francesca Cavalli étaient immigrants italiens de la fin du XIXième siècle. Peu de temps après leur traversée en bateau, la petite Maria Marguerite est née. Les Cavalli venaient d'une grande famille du sud de l'Italie. La vie y était dure, mais les gens étaient heureux, car ils s'entraidaient et passaient souvent des soirées ensemble à chanter et boire le bon vin de leur région. Luigi et Francesca étaient les premiers de leur famille à s'aventurer outre-mer. Luigi avait toujours voulu voyager et le temps était venu pour s'embarquer vers une grande aventure. Il savait cuisiner depuis toujours et Francesca était très habile de ses mains. Les deux formaient une très bonne équipe et n'avaient pas peur de travailler fort pour bien réussir dans leur nouveau pays. Ce n'étaient pas des gens instruits, mais ils avaient beaucoup à offrir dans un pays qui ne connaissait que la cuisine très fade des colons. Ils apportèrent avec eux, les fines herbes, l'ail et bien sûr un tonneau de vin régional. 

Notices BiographiquesModifier

Quand Marguerite avait 19 ans, le restaurant Cavalli était un endroit où elle travaillait avec ses parents. Elle prenait les commandes, nettoyait les tables, préparait les boissons et lavait la vaisselle. Un soir de décembre, un homme appelé Simon Ferland est venu prendre un café et un gâteau. Marguerite lui a conseillé le 'tiramisu', un délicieux gâteau de son pays qu'il a trouvé succulent. Il a demandé la recette Marguerite et elle lui a expliqué soigneusement chaque ingrédient dans cette recette de sa grand-mère. Marguerite et Simon n'ont pas cessé de se parler pendant toute la soirée et en partant, Simon l'a invité au théâtre du Vieux Québec. Ils s'étaient rencontrés régulièrement après cette soirée et bientôt ils devinrent amoureux. Le 3 mars 1924 lors d'un souper romantique au Cavalli, Simon lui a demandé en mariage et elle a accepté après avoir demandé la permission de son père comme la tradition le dictait en ce temps.

Quand Marguerite avait 23 ans, son père est mort d'une crise cardiaque. Cette période était très difficile pour elle et sa mère. Marguerite a commencé à travailler dans le restaurant à temps plein pour aider sa mère et a pris de plus en plus de responsabilités. Le travail était long et le restaurant était toujours bondé mais c’était un travail qu’elle aimait et le restaurant est devenu très connu et fréquenté par des artistes et des intellectuels.  Marguerite est devenue copropriétaire avec sa mère l’année d’après. 

Marguerite et Simon voulait plusieurs enfants, mais le destin en voulait autrement. Après quelques années de mariage, ils décidèrent d'adopter une petite orpheline de huit ans qui venait aider dans la cuisine du restaurant. Elle avait perdu ses parents lors d'un incendie qu'il y avait eu sur une rue avoisinante. Elle s'appelait Judith Ferland et elle était aussi de descendance italienne. Elle adorait Marguerite depuis toujours et Francesca était comme une grand-mère pour elle.