FANDOM


1930s-farmer-looking-sun-29345868

François Bourgignon dans toute sa splendeur.

François Bourgigon est un agriculteur de 58 ans, reconnu à travers son village pour la qualité de ses produits et de la beauté de son terrain. Il a hérité du champs de son père à sa mort, lorsque François n'avait que 16 ans, et s'en occupe depuis toutes ces années, en gardant la splendeur des terres comme la tradition familiale le veut.

Modifier

Description physique Modifier

Dans la fin de sa cinquantaine, François est un homme qui a travaillé toute sa vie dans un champ ; son visage, orné de rides à cause de l’âge et de l’ardeur du travail, possède des yeux bleu-gris légèrement plissés et perçants, mais malgré tout son regard est rassurant et doux. Il lui reste heureusement beaucoup de cheveux pour un homme de son âge, et il a la chevelure de couleur sel et poivre même si elle est la plupart du temps cachée par son bon vieux chapeau. Fait plutôt fort et grand, il porte des vêtements assez banals et qui ne mettent pas larme à l’œil à salir ; normal, puisqu’il passe ses journées dans le champ. 

Desciption psychologique Modifier

Notre cher monsieur est quelqu’un de sérieux, évidemment qu’il l’est étant donné la difficulté de son travail, mais calme. Il est presque tout le temps de bonne humeur et calme, même si parfois il arrive qu’il se fâche et crie après tout ce qui bouge ; le stress, probablement.  Mais étant très modeste de sa personne, il s’excuse généralement immédiatement après. Il est doux avec la majorité des gens, et vu qu’il n’a pas d’enfant, il traite tous les jeunes du voisinage qui passent par là comme un bon grand-père.  À part l’agriculture, il aime cuisiner quand il en a le temps, et s’occuper des animaux, autant ceux de la grange que leurs chats, chien et lapins de compagnie.

Description Sociale Modifier

Il est marié depuis plusieurs décennies à sa femme Annette, et les deux s’aiment toujours beaucoup. Ils n’ont jamais réussi à avoir d’enfants, et on croit que Monsieur aurait un problème de stérilité. C’est un homme étonnement timide lorsqu’entouré de plusieurs personnes, donc les soupers de Noël et du Nouvel An des villageois réunis sont plutôt silencieux pour François. Il aime malgré tout écouter les gens parler, calé dans sa chaise à regarder son assiette. Il n’est pas très proche de qui que ce soit d’autre que sa femme et les quelques jeunes qui viennent l’aider à travailler dans le champ l’été, mais les rumeurs courent comme quoi il aurait travaillé pour Pierre Asselin, embaumeur, qui lui fournissait des corps et parfois des cendres de gens morts et trop pauvres pour payer ses services funéraires, pour que Bourgignon aille les enterrer dans son champs, en dessous de la table. Bizarrement, depuis quelques années (plus précisément depuis le début de ses activités d’enterrement), François dort extrêmement mal certaines nuits, dit apercevoir des apparitions, et entendre des voix lorsqu’il travaille le soir dans son champ…

Notices Biographiques Modifier

Malgré leur relation qui a l’air de très bien aller et ce depuis longtemps, la vie avec sa femme n’a pas toujours été rose ; il y a cinq ans, il se rappelle encore être allé à la Taverne jusqu’à très tard le soir pour prendre un coup, et était revenu à la maison à 3h du matin sans avoir prévenu sa femme avant son départ ; l’aillant laissée mortellement s’inquiéter  toute la nuit. Soûl et refusant de se faire sermonner par sa femme (qui était très en colère à son retour), il l’aurait battue ce soir-là et ils auraient eu une relation très difficile et distancée pendant plusieurs mois. Une autre fois fût lorsque la saison des récoltes venait juste de commencer, un été, et qu’il aurait reçu la visite d’un étranger venu pour l’aider cette saison là dans le champ, et qu’ils auraient travaillé pendant plusieurs semaines à récolter les plantations…Pour se rendre compte que, lorsque la saison fut finie, il n’avait pas travaillé du tout et aurait roupillé comme un ivrogne partout dans le champ, chaque jour, au lieu de travailler. Ce mystérieux étranger semblait ne  pas rappeler quoi que ce soit à quiconque du village… Hallucinations? On croit bien  que François aurait été victime d’un coup d’un esprit malveillant, en effet. Cette année-là fut particulièrement difficile pour les Bourgignon, puisque les récoltes avaient toutes péri au final, donc ils eurent des difficultés économiques comme jamais auparavant. Enfin, dernier évènement (pas en ordre chronologique), lorsque François eut appris la mort de son cheval préféré, celui sur lequel il faisait ses randonnées à travers la lande toutes les semaines, il tomba dans une grave dépression, inconsolable pour les 6 mois qui suivirent, et cette année fut la même année qu’il commença à travailler pour l’embaumeur Asselin, et qu’il commença à voir des spectres partout ; chose qu’on associa à sa dépression à l’époque.